Alternance
11 avril 2022
Contrat de professionnalisation /
Contrat d'apprentissage

L’Alternance, c’est avant tout la rencontre entre une entreprise souhaitant développer son activité et un candidat disposé à acquérir les compétences nécessaires à cette activité. Mais parfois, aucun diplôme ne permet de faire le pont entre ces deux situations. Heureusement, une nouvelle solution existe : parcoursAtlas, la démarche retenue par votre Opco pour développer le contrat de professionnalisation expérimental. Explications avec Mathieu Carrier, Directeur Ingénierie et Innovation Atlas.

Vous souhaitez recruter en alternance mais aucune formation ne correspond à vos besoins ? Et si vous proposiez un contrat de professionnalisation expérimental à un demandeur d’emploi ? Une démarche peu répandue mais qui présente de multiples avantages : « Une fois recruté, ce nouveau salarié bénéficie d’une formation adaptée aux besoins de l’entreprise. Cette dernière peut aussi prétendre à une aide financière durant la première année d’exécution du contrat », énonce Mathieu Carrier. 

Autres avantages pour votre entreprise ? « Atlas peut prendre en charge les coûts de formation de l’alternant et de son tuteur. » 

Conclu pour une durée minimale de 6 mois, et pouvant se déployer jusqu’à 12 mois, ce contrat de travail repose sur les principes de l’alternance et compte un minimum de 150 heures de formation en interne ou auprès d’un organisme. Les compétences nécessaires à la tenue du poste visé sont formalisées et traduites en modules de formation au sein d’un parcours alternant séquences de formation et mises en situation professionnelle.
Il est notamment possible de viser l’acquisition de blocs de compétences certifiants dans ce cadre. 

Pour accompagner les entreprises, Atlas propose la démarche parcoursAtlas qui mobilise un cabinet RH dit tiers facilitateur. Cet appui de deux jours permet de formaliser le projet de professionnalisation et de suivre son bon déroulement. Il est intégralement financé par Atlas dès lors que le contrat est effectivement signé et validé par l’Opco.

Atlas finance également le parcours de formation selon un forfait global pouvant atteindre 3 000 €.

Enfin, des actions complémentaires sont proposées pour faire monter en compétences vos tuteurs ou formateurs internes.

Votre nouveau salarié en alternance bénéficie lui aussi d’avantages : « Il acquiert des compétences opérationnelles qui vont lui permettre de faciliter son intégration et d’envisager une collaboration durable avec son entreprise», conclut Mathieu Carrier.

En résumé, le contrat de professionnalisation expérimental permet à votre entreprise de sécuriser le recrutement d’un collaborateur en le formant directement sur les compétences nécessaires à votre activité. 

Pour en savoir plus, rendez-vous dans l’espace dédié à parcoursAtlas sur le site de l’Opco.
 

Témoignage : les avantages du contrat de professionnalisation expérimental

Aurélien Stoky est gérant de la start-up HoliMaker. Son projet ? Des presses à injection de plastique manuelles qui permettent de recycler le plastique et faire du prototypage. Aurélien a fait appel à Atlas pour mettre en place un contrat de professionnalisation expérimental avec l’un de ses salariés. Un contrat de 12 mois qui permet au jeune homme de monter en compétences et devenir un vrai « couteau suisse » au sein de la start-up. Récit de cette expérience par Aurélien Stoky, devenu son principal formateur à cette occasion.

" En tant que start-up, nous avions besoin d’un salarié polyvalent, doté de compétences managériales suffisantes pour diriger un atelier, tout en maîtrisant notre produit innovant, pour lequel aucune formation n’existe encore sur le marché. Autrement dit, nous avions besoin d’un “emploi couteau-suisse” avec des compétences dans plusieurs disciplines différentes. 

Nous travaillons déjà depuis un certain temps avec Jordan, diplômé d’un bac professionnel microtechniques : l’objectif avec le contrat de professionnalisation expérimental, était de le mener vers le poste de chef d’atelier. Avec l’Opco, nous avons établi, en amont, un cahier des charges précis, avec un certain nombre de modules aux heures bien définies : impression 3D, management, gestion de la qualité… Certains enseignements sont donnés en interne et d’autres par des intervenants extérieurs : nous l’avons également planifié avec Atlas, en fonction de notre potentiel de développement. Sur 12 mois, environ 50% du temps de notre alternant est consacré aux enseignements et 50% à la pratique. En tant que chef d’entreprise, mon temps est particulièrement compté mais grâce à ce dispositif, je sais que je peux le prendre pour former Jordan et l’aider à monter en compétences. C’est précieux pour de petites entreprises comme la nôtre. "