5 avril 2021

2020 entreprises d'Île-de-France des métiers du conseil, du numérique et des services financiers ont pu former près de 36050 salariés en 2020, durant le chômage partiel. Le plus souvent sans reste à charge financier.

Financé et porté par l’État et par Atlas, le dispositif FNE-Formation est un moyen efficace de développer les compétences, de pérenniser les emplois, et de préparer la reprise. Un dispositif renforcé en 2021, avec de nouvelles modalités.

Bilan 2020

  • 36 042 salariés formés
  • 29 heures (durée moyenne des formations)
  • 2020 entreprises bénéficiaires 
  • 43,92 millions d'euros investis dans le dispositif

Comment le dispositif FNE-Formation a-t-il été utilisé ? Pour quels profils de salariés et pour quels types de formations ? Avec quels impacts pour les bénéficiaires directs et pour les entreprises ? Et avec quelles perspectives pour les prochains mois ?

Réponses concrètes avec des retours d’expérience d'entreprises, et avec les analyses de la Dreets (ex-Direccte) et d'Atlas.

« Du fait de la crise sanitaire, nos clients ont suspendu ou annulé dès avril 2020 les missions sur site conduites par nos consultants ; nous avons donc subi plus de 20 % d’activité partielle au plus haut de la crise. Afin de conserver ces collaborateurs, nous leur avons proposé différentes actions de formation, visant le développement de leurs compétences transverses (animation de réunions, par exemple), ou de leurs compétences spécifiques métier (management). Nous avons également mis l’accent sur les ‘soft skills’. Au total, 64 personnes ont suivi au moins une action de formation, d’une durée moyenne de 2 à 3 jours. L’accès au FNE-Formation a été une vraie chance pour nous. Sans ce dispositif, nous n’aurions pas pu déployer ces actions. Nous pourrons nous en affranchir cette année, avec la reprise de l’activité.
Sabine Khouri-Lafarge, DRH
S&H, entreprise de conseil en ressources humaines et finances située à Paris
La crise sanitaire de 2020 a provoqué chez nous une baisse très forte d’activité. Certains collaborateurs ont vu leurs missions brutalement arrêtées. Le temps libéré (20 % environ) a été mis à profit pour engager des actions de formation visant soit l’élévation des compétences techniques (Scrum Master ou Angular JS, par exemple), soit l’élargissement des compétences au profit de salariés pouvant être repositionnés chez d’autres clients. Au total, nous avons formé 42 personnes et déployé plus de 20 actions de formation, ce que nous n’aurions pas pu faire à ce niveau sans le recours au FNE-Formation. Avec sa logique de ‘parcours’, le FNE-Formation 2021 devrait nous permettre d’amplifier notre axe stratégique avec les méthodes agiles.
Photo Delphine Lucio
Delphine Lucio, RRH
Eole Consulting, entreprise de services du numérique
Même si notre recours au FNE-Formation en 2020 est resté modeste, il n’en a pas moins été utile dans notre capacité à accompagner l’un de nos consultants – senior – dans sa montée en compétence, vers un domaine que nous n’aurions pas pu soutenir avec nos outils financiers traditionnels. L’action qu’envisageait notre collaborateur relevait plutôt de son développement propre, davantage que d’un besoin d’intégration de compétences nouvelles pour le cabinet. La réponse positive que nous avons pu lui apporter dans son projet est la conséquence directe de la participation du FNE-Formation. En pratique, notre consultant a pu approfondir des compétences en ‘design thinking’, une méthode qui s’ajoute à sa palette d’outils et élargit son domaine d’intervention.
Cassandre Plichon
Cassandre Plichon, responsable RH
Talisker Consulting, cabinet de conseil en management