18 juin 2021
Vu dans le réseau

Pour encourager ses apprentis à travailler régulièrement leurs compétences comportementales et à en rendre objective leur évaluation, ESSEC Business School et 5Feedback ont créé le premier TOEIC des Soft Skills à leur intention. Partenariat avec Atlas dans le cadre d’une réponse à appel à projets visant à soutenir l’innovation pédagogique.

Mesurer les compétences comportementales

Alors que les compétences techniques peuvent devenir très rapidement obsolètes, et ce d’autant plus rapidement qu’elles sont très pointues, les compétences comportementales résistent beaucoup mieux au temps.

« Et même, se plaît à dire Laurent PLOQUIN, Directeur du CFA-ESSEC, elles perdurent tout au long d’une trajectoire professionnelle et s’affinent à mesure que leur porteur gagne en expérience professionnelle et en expérience de vie. »

Or, les compétences comportementales (ou Soft Skills) sont les plus difficiles à mesurer objectivement, en situation d’exercice. Elles font pourtant la différence sur un CV et dans la tenue d’un poste. Tous les recruteurs s’accordent à le reconnaître.

Rompre avec les pratiques pédagogiques actuelles

A la suite de l’appel à projet lancé par Atlas pour promouvoir l’innovation pédagogique en matière d’alternance (voir encadré), le CFA-ESSEC a fait une proposition en rupture avec les pratiques actuelles en matière d’évaluation des compétences comportementales.

Il s’agit, grâce à une application développé spécifiquement, de permettre à un étudiant de sélectionner parmi un panel de plus de vingt, les compétences comportementales dont il souhaite suivre l’évolution durant sa scolarité.

Il pourra alors bénéficier de retours (feed-back) de la part de ses enseignants et des professionnels rencontrés lors de son apprentissage, voire de la part d’autres étudiants. Il lui suffira de les interroger et d’intégrer leurs retours dans l’algorithme de l’application.

L’outil pondère les réponses en fonction du profil du questionné, apportant une objectivité supplémentaire dans le retour des évaluateurs.

Une application … appliquée à sa diffusion

COSS, pour Certificate of Soft Skills, est désormais accessible à un premier groupe-test de 150 apprentis, elle sera étendue dès la rentrée à tous les Alternants intégrant le CFA de l’ESSEC.

Son directeur ambitionne de la faire diffuser dans tous les programmes de formation continue dispensés par ESSEC Business School, et au-delà, dans l’ensemble des écoles de management. Cette clause d’essaimage est d’ailleurs partie intégrante de l’appel à projets d’Atlas, qui en a financé 70% des coûts.

Validation sur le CV de l’apprenti

Adossée au référentiel de compétences en vigueur à l’Ecole de Management, l’application ne se contente pas « d’observer » les compétences, mais les certifie, et permet donc de les valoriser : le dispositif mesure l’occurrence de la mise en œuvre des savoirs, et leur niveau de mobilisation.

Une fois la note et le panel de répondants validés par l’algorithme, l’étudiant reçoit un « badge » attestant de son niveau. Il peut l’exporter sur son CV.

« C’est ce principe de reconnaissance de la compétence qui nous a fait nous rapprocher du concept de TOEIC, tel qu’il se pratique dans l’apprentissage des langues », conclut Laurent Ploquin.

C’est un biais fondamental que d’évaluer les Soft Skills dans une situation professionnelle reconstituée ou au travers d’un mémoire de fin de stage. En rupture avec les pratiques anciennes, notre projet donne la parole aux acteurs de la formation de l’apprenant, corps enseignant, professionnels, environnement social, en temps réel.
Laurent PLOQUIN
Directeur du CFA-ESSEC